innommé


innommé

innommé, ée ou innomé, ée [ i(n)nɔme ] adj.
• 1370 , -1835; de 1. in- et nom
Qui n'a pas reçu de nom, de dénomination ( innommable, 1o ).

innom(m)é, ée
adj. Litt. Qui n'a pas reçu de nom.

⇒INNOMMÉ, -ÉE, INNOMÉ, -ÉE, adj.
A. — Qui n'a pas (encore reçu) de nom; qui n'a pas de dénomination particulière. Couleurs, parfums, sonorités, frissons, tout restait vague, transparent, innomé, pâmé d'un bonheur allant jusqu'à l'évanouissement des choses (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1405) :
1. « Un ruisseau qui n'a pas de nom, disait-il, c'est comme s'il n'avait pas d'état civil! Il n'existe pas aux yeux de la loi géographique. » Aussi ne se gênait-il pas pour baptiser ces rios innomés; il les notait sur sa carte et les affublait des qualificatifs les plus retentissants de la langue espagnole.
VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 97.
DR. ROMAIN. Contrat innommé. L'engagement d'un domestique est un contrat innomé (Ac. 1798-1935). Dans le droit byzantin, le contrat innommé se forme à deux conditions : 1o La première est que la convention synallagmatique ne puisse pas rentrer dans un contrat nommé (A.-E. GIFFARD, Dr. romain, Paris, Dalloz, 1970 [1938], p. 134).
B. — Dont le nom est inconnu, officieux; qui est difficile à définir, à déterminer. En admirant leur grâce [des femmes], leur façon de porter les modes, et tous les effets innomés de ce qu'on appelle la race (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 144). L'autre jour, un nommé ou plutôt un innommé Metz a apporté un dessin (GONCOURT, Journal, 1860, p. 772). Des casseroles rouillées, jetées dans les orties avec de vieilles chaussures et d'autres détritus innommés (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 31) :
2. La même force, encore innomée qui, naguère, obligea le lieutenant Charles de Foucauld, travesti en Juif, à s'enfoncer dans le Maroc inconnu, pousse Michel Vieuchange, sous des habits de femme, vers Smara, ville fantôme de ce Rio del Oro...
MAURIAC, Journal, 1934, p. 16.
Emploi subst. Ce n'est pas un acte de vertu, l'acte de dévouement qui fait donner leur vie à ces innommés, à ces anonymes, à ces privés de gloire? (GONCOURT, Journal, 1870, p. 583).
Prononc. et Orth. : [in(n)]. Ac. 1762-1935 : innomé. LITTRÉ, ROB., Lar. Lang. fr. soulignent l'incohérence de Ac. qui écrit innomé mais nommer, innommable. Étymol. et Hist. 1. 1370-72 « qui n'a pas de nom spécial » (N. ORESME, Les Éthiques, éd. A. D. Menut, II, 10, p. 166); 2. 1611 dr. contract innomme (COTGR.); 3. 1873 anat. (Lar. 19e). Dér. de nommé; préf. in-1. Fréq. abs. littér. : 56.

innommé, ée [i(n)nɔme] adj.
ÉTYM. XIVe (v. 1370, Oresme); de 1. in-, et nom. → Innominé.
1 Littér. Qui n'a pas reçu de nom, de dénomination. || « Couleurs, parfums, sonorités, frissons, tout restait vague (…) innommé » (Zola, la Faute de l'abbé Mouret, in T. L. F.).REM. On ne voit pas pourquoi l'Académie dans la 8e éd. de son dictionnaire (1935) écrit innomé avec un seul m et innommable avec deux m (→ ci-dessous cette orthographe dans la cit. de Daniel-Rops).
0 Sur l'humanité tout entière pèse une attente, l'attente de quelque chose d'inconnu, d'innomé, d'innommable, qui ne viendra peut-être pas.
Daniel-Rops, Ce qui meurt…, p. 1.
2 Dont le nom est inconnu ou ne peut être déterminé. || Des « détritus innommés » (Malègue, in T. L. F.).
N. m. pl. (XIXe). || Les innommés : ceux dont on n'a pas conservé le nom. Inconnu, obscur.
3 (1611). Dr. || Contrat innommé.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • innommé — innommé, ée (i nno mé, mée) adj. Qui n a pas reçu de nom.    Terme de droit romain. Contrats innommés, contrats qui n ont point de dénomination particulière, tels que ceux où l un promet de faire, et l autre de donner, etc. L engagement d un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Contrat Innommé — En droit français, un contrat innommé est un contrat qui n est pas décrit par le code civil contrairement au contrat nommé, qui lui, trouve son régime juridique fixé et organisé par ce même code civil. Le contrat innommé est donc une convention… …   Wikipédia en Français

  • Contrat innomme — Contrat innommé En droit français, un contrat innommé est un contrat qui n est pas décrit par le code civil contrairement au contrat nommé, qui lui, trouve son régime juridique fixé et organisé par ce même code civil. Le contrat innommé est donc… …   Wikipédia en Français

  • Contrat innommé — En droit français, un contrat innommé est un contrat qui n est pas décrit par le code civil contrairement au contrat nommé, qui lui, trouve son régime juridique fixé et organisé par ce même code civil. Le contrat innommé est donc une convention… …   Wikipédia en Français

  • innomé, innomée ou innommé, innommée — ● innomé, innomée ou innommé, innommée adjectif Qui n a pas reçu de nom. ● innomé, innomée ou innommé, innommée (difficultés) adjectif Orthographe Les deux graphies, innommé, avec deux m, et innomé, avec un seul m, sont admises. La gra …   Encyclopédie Universelle

  • innomé — innommé, ée ou innomé, ée [ i(n)nɔme ] adj. • 1370 , 1835; de 1. in et nom ♦ Qui n a pas reçu de nom, de dénomination (⇒ innommable, 1o ). innom(m)é, ée adj. Litt. Qui n a pas reçu de nom …   Encyclopédie Universelle

  • Contrat inommé — Contrat innommé En droit français, un contrat innommé est un contrat qui n est pas décrit par le code civil contrairement au contrat nommé, qui lui, trouve son régime juridique fixé et organisé par ce même code civil. Le contrat innommé est donc… …   Wikipédia en Français

  • Contrats innommés — Contrat innommé En droit français, un contrat innommé est un contrat qui n est pas décrit par le code civil contrairement au contrat nommé, qui lui, trouve son régime juridique fixé et organisé par ce même code civil. Le contrat innommé est donc… …   Wikipédia en Français

  • Contrats innomés — Contrat innommé En droit français, un contrat innommé est un contrat qui n est pas décrit par le code civil contrairement au contrat nommé, qui lui, trouve son régime juridique fixé et organisé par ce même code civil. Le contrat innommé est donc… …   Wikipédia en Français

  • SARRAUTE (N.) — Si l’on peut faire remonter au recueil de L’Ère du soupçon , paru en 1956, le rayonnement de l’œuvre de Nathalie Sarraute, l’une des plus neuves et des plus marquantes de notre époque, c’est parce que s’y trouve alors abordée pour la première… …   Encyclopédie Universelle